';

Associer aussi bien la technicité et l’esthétique de l’escalade que l’harmonie et le partage au sein de la cordée, tel est l’objectif.

Né « dans un sac à dos » à Annecy, sur des skis à 2 ans et demi, à 4000m avant 10 ans, la pratique de la montagne à toujours fait partie de ma vie. Formé par la famille, puis les équipes CAF (régionale) et FFME (nationale), c’est naturellement que je suis devenu guide en 2009.

Animé par la recherche de nouveaux itinéraires autant que par les rapports humains, j’essaie de mettre le meilleur de moi-même dans ma pratique de l’alpinisme.
Avec P. Gabarrou dans les Alpes j’ai pu réalisé des rêves que je croyais impossible : une ouverture en hiver dans la face Nord des Grandes Jorasses (6 jours), en face sud du Mt-Blanc ou encore au pilier Dérobé du Freney.

En même temps avec A.Clouet je découvrais certaines des plus belles parois du monde : le Sphinx et « La Cruz del Sur » au Pérou, la « Rimmon route » en hiver au Troll Wall en Norvège, « Chercheurs d’Absolu » et le « Super Couloir » au Fitz Roy/Chalten en Patagonie mais aussi : le Tibet, le Chili, l’Alaska, la tour sans Nom au Pakistan…

Aujourd’hui, c’est en essayant de limiter mes vols longs courriers et à travers des périples de plusieurs jours au plus près des Alpes que je me réalise pleinement.

La traversée des Ecrins, celle du Mont Rose au Cervin, le tour de la chaine des Fiz, l’enchainement Bonatti, ou encore la traversée de la Chartreuse par les voies d’escalade, sont autant d’itinérances et de rencontres que je souhaite continuer à nourrir.

De ces aventures proche ou lointaines qui au fil des ans sont devenus mon mode de vie, est né un partage naturel et protéiforme. Une transmission égrenée à travers des films : “Le Méridien des Ecrins”, “Sur le Fil de l’amitié”, “La Voie Bonatti”, “Verticale Boréale”, “Inside” mais aussi des textes (avec Alpes Magazine notamment), lors de conférences grand public ou en entreprises et bien sûr lorsque le temps me le permet par la passion du métier de guide.

Ocean Peak Project, le début d’une belle histoire

Ocean Peak Project, le début d’une belle histoire

Il y a un an, je revoyais par hasard, dans mon petit village de Haute-Savoie, Benoit Lacroix venu présenter sa traversée de l’Atlantique en solitaire dans la classe de mon fils. Avec Benoit, nous nous étions connus 15 ans auparavant dans le cadre d’un projet social qui liait les jeunes en difficulté et la montagne : « Gravir en confiance ».

Le lendemain de son intervention, je profite de sa venue pour l’emmener skier sur un des versants sauvages de la Tournette, l’occasion d’échanger longuement de la suite de nos vies. Suite à cette ascension et après quelques heures passées au téléphone, le projet OCEAN PEAK nous apparaît comme une évidence. Dans la foulée, la troisième mousquetaire : Marta Güemes (concurrente de Benoît lors de la Mini Transat) rejoint la cordée.

Ocean Peak nait de la volonté de rapprocher nos deux passions : la mer et la montagne, tout en y apportant du sens
www.oceanpeakproject.com

Les choses s’enchainent, les planètes s’alignent.

Rapidement, nous faisons l’acquisition de Trifon, un voilier de 16 m solide et rapide en aluminium, qui peut embarquer à son bord jusqu’à 8 personnes.

Une première traversée de l’Atlantique s’impose entre La Martinique et La Rochelle pour convoyer l’embarcation jusqu’à La Rochelle. Marta prend les devants et, accompagnée d’une super équipe, ramène Trifon à bon port.

Le projet s’étoffe, se structure, et débouche sur une première expédition l’été dernier dans les Lofoten, en Norvège.

Le but : naviguer, grimper et imaginer comment faire profiter de ces expériences (et de notre expérience) à des jeunes un peu « cabossés » par la vie.

Première expédition réussie avec à bord marins, alpinistes, mais aussi : artiste, journaliste, photographe et vidéaste.

Ce premier opus d’Ocean Peak marque les bases de ce que seront nos prochains « trip » avec les jeunes en difficulté : 2 semaines d’itinérance en mer et en montagne, 4 jeunes à bord et 4 encadrants (marins, éduc spé, guide) pour les accompagner.

Le premier séjour prévu au milieu du mois de Mars sera l’occasion d’expérimenter un autre rapport à l’aventure, mais dans lequel la notion d’engagement (dans le sens engager de sa personne) devrait être bien présent !

En ce moment notre bateau Trifon est complètement désossé. Nous révisons le moteur, refaisons l’électricité et toute l’isolation du bateau, un gros chantier !

Pour nous aider, une importante campagne participative est activée et toute notre communauté largement mobilisée.

Tous les bonnes énergies seront bonnes à prendre.

Nous allons avoir besoin de vous !

Christophe